RADI : UNE THERAPIE WORLD MUSIC

Né à Marrakech en 1978 d’une famille touareg, Salah RADI fait un rêve déterminant à l’âge de 8 ans qui le pousse à partir en expédition, seul, loin de chez lui, jusqu’à Tagounite, commune rurale Marocaine dans le désert. Il y rencontre un maître maâlem, joueur de guembri, un instrument à trois cordes traditionnel issu de la culture Gnawa. C’est son premier lien avec la musique sacrée, et plus jamais RADI ne s’en éloignera.

RADI : UNE THERAPIE WORLD MUSIC

Au fil du temps, cet artiste multiplie les projets, il monte des groupes de musiques traditionnelles, enchaine les concerts aux quatre coins du Maroc, les créations en studios, & les rencontres…
 
Parmi elles, une rencontre qui le mène jusqu’en France, à LYON, où RADI crée sa propre association afin de promouvoir les musiques du monde (WORLD MUSIC) sous le nom GNAWA FRANCE.
 
C’est ensuite en 2016 que RADI rencontre la Thérapeute MANA. Ensemble, ils décident de conceptualiser une thérapie inspirée de la musique traditionnelle Gnawa. C’est ainsi que ce touareg met à profit son don pour la musique, permettant de soigner les maux les plus profonds par des séances en petit comité, lors desquelles il raconte l’histoire des instruments, de cette culture. Cette même culture qu’il chante et transmet à son auditoire.
 
Riche de ses expériences diverses et atypiques, RADI présente aujourd’hui son nouveau projet : « CARAMELA », un single estival emmené par un clip tourné à MARRAKECH. Visionnez sans plus attendre le clip de « CARAMELA » sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=-nMeRNRUtXM

Au sujet de ce nouveau single et clip, RADI nous explique :

« Caramela est une histoire d'amour entre un toxicomane et une fille noire, qui ont vécu dans le même quartier. La drogue était malheureusement l'obstacle principal entre leur amour.

Ils devaient également faire face au père, qui refusait cette relation. À la fin, le jeune homme se débarrasse de la drogue pour vivre pleinement leur amour.
Je traite des sujets tels que la toxicomanie, ainsi que le racisme dans le scénario. C'est pour cela que j'ai concentré l'histoire sur le fait de ramener une fille noire dans mon scénario. C'était principalement pour dire à tous, que l'amour ne connaît pas la différence de couleur.

Je me suis également concentré sur la façon dont les parents traitent leurs enfants à l'extérieur de la maison.

J'ai choisi Marrakech parce que c'est ma ville natale. Une belle ville historique, où les Marocains, en général, sont tous généreux ! »

Tags : #Radi

Article Up par Isthatval -

Journaliste freelance pour de nombreux médias francophones et internationaux !
Nombre d'articles publiés : 29 - Nombre de partage : 6

Commentaires