Suivant François Hadji-Lazaro et Pigalle jouent Pouët en concert au Trianon le 26/11
Precedent Bonobo lance sa Migration !

Agenda

<p>Lou Di Franco, c&#39;est une immersion au coeur de la M&eacute;diterran&eacute;e, o&ugrave; Lou puise son inspiration, au plus profond de ses racines, sa Sardaigne natale. Lou Di Franco est un m&eacute;lange inflammable : sourire et caract&egrave;re, &eacute;nergie et m&eacute;lancolie, g&eacute;n&eacute;rosit&eacute; sur sc&egrave;ne et textes profonds. Comme elle l&#39;a chant&eacute; dans le titre Le Go&ucirc;t des mots, elle n&#39;a que faire des mots fades, juste bons pour en faire des chansons. On la retrouve aujourd&#39;hui avec le clip envo&ucirc;tant du single Dans Les Vagues</p> <h3>Voici le clip de Lou Di Franco :</h3> <p>&nbsp;</p> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/VoD3ubUfdpU" frameborder="0" allow="autoplay; encrypted-media" allowfullscreen></iframe>

<p>Figure de proue de la sc&egrave;ne rock alternatif fran&ccedil;aise depuis les ann&eacute;es 90, <span style="color:#ff7477"><strong>Fran&ccedil;ois Hadji-Lazaro</strong></span> et son groupe Pigalle investissent les bacs &agrave; sable pour la deuxi&egrave;me fois apr&egrave;s une premi&egrave;re tourn&eacute;e de plus de 130 dates pour les kikis !<br /> Dans leur sac &agrave; dos deux livres/disques &laquo;&nbsp;Ma Tata, mon pingouin, G&eacute;rard et les autres&nbsp;&raquo; et &laquo;&nbsp;Pou&euml;t&nbsp;&raquo;, soit deux excellentes raisons pour proposer une adaptation sous la forme d&rsquo;un concert qui met en sc&egrave;ne la vie moderne &agrave; hauteur de gosse.<br /> Une vie d&eacute;sopilante, loufoque et terriblement r&eacute;aliste &agrave; la fois. C&ocirc;t&eacute; musique, c&rsquo;est un v&eacute;ritable concert de rock d&rsquo;une heure. Une d&eacute;ferlante de sonorit&eacute;s allant du rock &agrave; la bourr&eacute;e auvergnate, du tango argentin au reggae gr&acirc;ce &agrave; une interpr&eacute;tation riche d&rsquo;une multitude d&rsquo;instruments.<br /> Dans le monde de Pigalle, la chanson enfantine ne minaude pas, elle est alternative et carr&eacute;ment d&eacute;cal&eacute;e. Une heure de partage, &eacute;pic&eacute;e et sucr&eacute;e &agrave; s&rsquo;offrir en famille !</p> <p>Au Trianon, le dimanche 26 novembre &agrave; 14h30. <a href="http://www.digitick.com/francois-hadji-lazaro-pigalle-en-concert-jeune-public-pouet-concert-le-trianon-paris-26-novembre-2017-css5-billetterie3ctour-pg101-ri4659511.html">R&eacute;servations</a></p> <p><iframe frameborder="0" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/afnRBOxcH68" width="560"></iframe></p>

<p><strong>Simon Green</strong> alias <strong>Bonobo</strong> est un artiste qui, depuis ses d&eacute;buts, injecte dans sa musique et dans ses recherches m&eacute;lodiques, un suppl&eacute;ment d&rsquo;&acirc;me, naviguant constamment sur des pistes aux croisements diversifi&eacute;s, &agrave; l&rsquo;image de son nouvel opus nomade <em>Migration</em>.</p> <p>Plus qu&rsquo;une composition ethnique, c&rsquo;est un album de l&rsquo;ouverture, aux multiples horizons, et qui embrasse un panel d&rsquo;&eacute;toffes sonores. Des arrangements &eacute;l&eacute;gants et l&eacute;gers viennent apporter une richesse sonore &agrave; l&rsquo;electronica bien ma&icirc;tris&eacute;e de Bonobo. Oscillant et intense, c&rsquo;est un univers paisible mais impr&eacute;visible, &eacute;voquant un &eacute;tat constant d&rsquo;&eacute;merveillement enfantin</p> <p>Avec des m&eacute;lodies enchanteresses et planantes, des featurings efficaces et une esth&eacute;tique soign&eacute;e, l&rsquo;artiste livre ici une tr&egrave;s bonne production, comme &agrave; son habitude.</p> <p>Migration, sortie le 13 janvier chez Ninja Tune</p> <p>&nbsp;</p> <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/vhhkk69CxXc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

<p>Review concert Avantasia<br /> <br /> Trianon le 9 mars 2016, 15 ans apr&egrave;s la sortie de leur premier album <em>The Metal Op&eacute;ra</em>, la formation men&eacute;e par Tobias Sammet s&rsquo;arr&ecirc;te &agrave; Paris pour la premi&egrave;re fois, afin de pr&eacute;senter son nouvel album <em>Ghostlights</em>. Le concert est sold-out, les fans l&rsquo;attendent depuis longtemps. Le groupe n&rsquo;est pas venu en France depuis le Hellfest de 2013. Malgr&eacute; les gr&egrave;ves de transports, les fans sont pr&eacute;sents.<br /> Aucune premi&egrave;re partie n&rsquo;est annonc&eacute;e, le groupe jouera 3 heures sans interruption. Le DJ Set s&rsquo;arr&ecirc;te, &agrave; 19h30 les lumi&egrave;res s&rsquo;&eacute;teignent, le concert commence. Le groupe arrive sur <em>&nbsp;Also sprach Zarathustra</em> de Richard Strauss (th&egrave;me de 2001 l&rsquo;Odyss&eacute;e de l&rsquo;espace). La salle s&rsquo;&eacute;lectrise, les fans crient les mains en l&rsquo;air, le spectacle commence.<br /> Tobias Sammet arrive d&eacute;bordant d&rsquo;adr&eacute;naline et entonne <em>Mystery of a blood red rose, </em>(chanson avec laquelle il arrivera 3<sup>&egrave;me</sup> aux qualifications pour l&rsquo;Eurovision). &nbsp;Pendant plus de 3 heures, Tobias Sammet et ses invit&eacute;s offrent une performance technique et vocale &agrave; la hauteur de l&rsquo;attente des fans. La salle fr&eacute;mit au son des plus anciennes chansons, comme <em>Farewell</em> avec Amanda Sommerville, <em>Dying for an angel </em>avec Eric Martin<em>, Avantasia</em>, <em>The Scarecrow</em>. Malgr&eacute; tout le nouvel album ne laisse pas indiff&eacute;rent non plus, comme la balade <em>Lucifer </em>interpr&eacute;t&eacute; par J&oslash;rn Lande et Tobias Sammet qui expliquera avoir &eacute;crit cette chanson pour que <em>&laquo;&nbsp;J&oslash;rn puisse chanter une jolie balade&nbsp;&raquo;</em>.<br /> Le nom de Tobias est scand&eacute; plusieurs fois, et ce dernier offre m&ecirc;me &agrave; son public quelques phrases en fran&ccedil;ais&nbsp;: &laquo;&nbsp;<em>tu veux un kilo de jambon dans tes fesses&nbsp;?</em>&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;<em>nous sommes &agrave; Pigalle ici&nbsp;!</em>&nbsp;&raquo;, merci pour ce moment de po&eacute;sie.<br /> Rappelons &eacute;galement les artistes accompagnant Tobias Sammet&nbsp;: Amanda Sommerville J&oslash;rn Lande, Michael Kiske, Oliver Hartmann, &nbsp;Ronnie Atkins, Bob Catley, Felix Bohnke, Sascha Paeth, Michael Rodenberg, et Herbie Langhans.<br /> Des blagues entre les artistes viennent ponctuer cette soir&eacute;e, Michael Kiske nous avoue avoir toujours r&ecirc;v&eacute; d&rsquo;avoir les cheveux d&rsquo;Elvis, ce qui provoque les rires du public.<br /> Les trois heures passent &agrave; vitesse grand V, on a envie que &ccedil;a continue encore un peu, voir beaucoup&nbsp;! Sammet promet de revenir &agrave; Paris, le groupe entonne en ch&oelig;ur <em>Sign of the Cross / The Seven Angels, </em>mettant ainsi fin au concert. Un dernier au revoir sous les acclamations du public, le groupe quitte la sc&egrave;ne, la lumi&egrave;re se rallume. Les fans quittent la salle, accompagn&eacute; de 2 minutes to midnight d&rsquo;Iron Maiden, histoire de quitter en douceur la bonne ambiance qui r&egrave;gne apr&egrave;s 3 heures de show.</p> <p>Set list&nbsp;:<br /> &nbsp;</p> <ol> <li>Mystery of a Blood Red Rose</li> <li>Ghostlights (with Michael Kiske)</li> <li>Invoke the Machine (with Ronnie Atkins)</li> <li>Unchain the Light (with Ronnie Atkins and Michael Kiske)</li> <li>A Restless Heart and Obsidian Skies (with Bob Catley)</li> <li>The Great Mystery (with Bob Catley)</li> <li>The Scarecrow (with J&oslash;rn Lande)</li> <li>Lucifer (with J&oslash;rn Lande)</li> <li>The Watchmakers&#39; Dream (with Oliver Hartmann)</li> <li>What&#39;s Left of Me (with Eric Martin)</li> <li>The Wicked Symphony (with Oliver Hartmann, J&oslash;rn&hellip; more)</li> <li>Draconian Love (with Herbie Langhans)</li> <li>Farewell (with Amanda Somerville and Michael Kiske)</li> <li>Stargazers (with Michael Kiske, J&oslash;rn&hellip; more)</li> <li>Shelter from the Rain (with Michael Kiske and Bob Catley)</li> <li>The Story Ain&#39;t Over (with Bob Catley)</li> <li>Let the Storm Descend Upon You (with J&oslash;rn Lande and Ronnie Atkins)</li> <li>Promised Land (with J&oslash;rn Lande)</li> <li>Prelude</li> <li>Reach Out for the Light (with Michael Kiske)</li> <li>Avantasia (with Michael Kiske)</li> <li>Twisted Mind (with Eric Martin and Ronnie&hellip; more )</li> <li>Dying for an Angel (with Eric Martin)</li> </ol> <p>Encore:</p> <ol> <li>Lost in Space (with Amanda Somerville)</li> <li>Sign of the Cross / The Seven Angels (with everyone on stage)</li> </ol> <p>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; 2 Minutes to Midnight (Iron Maiden song)</p>

<h2 style="font-style: italic; text-align: justify;">Ce jeudi 23 avril, le Faust, nouveau lieu tendance des soir&eacute;es parisiennes, organisait son opening summer afin de pr&eacute;senter sa configuration sp&eacute;ciale &eacute;t&eacute;, &agrave; savoir 3 lieux en un&nbsp;: restaurant, terrasse et club.</h2> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="https://41.media.tumblr.com/1d97e1ce4ddf27e948adac2415d91a91/tumblr_nnujj5xnB81u6u1jio1_1280.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">C&ocirc;t&eacute; terrasse, surprise g&eacute;n&eacute;rale, les quais situ&eacute;s sous le pont Alexandre III sont tout simplement bond&eacute;s, il y avait tellement de monde qu&rsquo;il en devient difficile d&rsquo;acc&eacute;der &agrave; la salle.</p> <p style="text-align: justify;">C&ocirc;t&eacute; restaurant, la carte est all&eacute;chante, burgers, planche de charcuterie et carte de vins bien sympathique au programme.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/a38f754c536c280ed1a1b40b45ea3bd5/tumblr_nnujj5xnB81u6u1jio5_1280.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">Enfin, le club. En entrant dedans, vous serez surpris par la d&eacute;coration, des ampoules couvrent tout le plafond et les murs, offrant un jeu de lumi&egrave;re et donc une ambiance particuli&egrave;re allant parfaitement avec la musique.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="https://41.media.tumblr.com/a581bf908471577e9d5ba4ad80baf712/tumblr_nnujwq8YJ11u6u1jio1_540.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">Aux platines, The Avener, producteur qui transforme la deep house en pop et inversement nous a offert une setlist d&rsquo;opening&nbsp;: un son calme et dansant, rien de transcendant, pas de pointe d&rsquo;&eacute;nergie, juste ce qu&rsquo;il faut pour passer une soir&eacute;e tranquille.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/0d566f4f01e7a845e2115af1f231c88c/tumblr_nnujj5xnB81u6u1jio3_540.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">Niveau public, c&rsquo;est vari&eacute;, des jeunes cadres dynamiques aux quadrag&eacute;naires en costards en passant par la team Tealer ou encore Mickael Vendetta.</p> <p style="text-align: justify;">La cerise sur le g&acirc;teau&nbsp;: dans le club, il y a un marchand de hot dog. Et &ccedil;a, &ccedil;a fait toute la diff&eacute;rence, m&ecirc;me si vous avez crois&eacute; Mickael Vendetta et que vous vous vous dites que &ccedil;a craint un max, il y a des hot dogs&nbsp;!</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="https://36.media.tumblr.com/92a45ac4c4f1f72fa0fc0636c3e48184/tumblr_no4zh4phOI1u6u1jio1_540.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">En bref, si vous savez pas quoi faire cet &eacute;t&eacute;, que vous cherchez une soir&eacute;e o&ugrave; vous pouvez profiter des quais de Seine puis faire la f&ecirc;te all night long, le Faust vous ira &agrave; ravir.</p>

<p style="text-align:justify"><em><span style="font-size:14px">En France, des festivals, il y en a beaucoup et ce pour tous les go&ucirc;ts. Mais des festivals de rock alternatif proposant une affiche m&eacute;langeant la jeune sc&egrave;ne m&eacute;talcore avec la sc&egrave;ne djent, fran&ccedil;aise comme internationale, le Damage Festival est le seul ! Organiser un tel &eacute;v&egrave;nement est un bon challenge &eacute;tant donn&eacute; la sc&egrave;ne et le public cible dans un pays o&ugrave;, bien que les m&oelig;urs &eacute;voluent, d&eacute;placer les foules pour ce type de manifestation n&rsquo;est pas donn&eacute; &agrave; tout le monde.</span></em></p> <p style="text-align:justify"><em><span style="font-size:14px">Ce festival, organis&eacute; par Only Talent Productions, nous avait fait une tr&egrave;s bonne impression lors de sa premi&egrave;re &eacute;dition en 2012 au Trabendo avec une affiche qui, je ne trouve pas meilleure expression, envoyait du bois&nbsp;: While She Sleeps, Crossfaith, Architects, There For Tomorrow, Betraying The Martyrs ou encore Bury Tomorrow. Pour cette seconde &eacute;dition, la production a d&eacute;cid&eacute; de monter d&rsquo;un cran&nbsp;: une salle plus grande (Trabendo 700 personnes contre 1200 au Cabaret sauvage) et 2 jours de festivals.</span></em></p> <h2 style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est donc au Cabaret Sauvage que nous nous rendons en ce samedi 25 octobre, situ&eacute; &agrave; La Villette derri&egrave;re le Z&eacute;nith<em>.</em></span></h2> <p>&nbsp;</p> <h2><em>Day 1</em></h2> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">16h00 - Our Theory</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est au groupe parisien Our Theory d&rsquo;ouvrir le bal. Surprise au d&eacute;marrage, un nouveau chanteur vient s&rsquo;ajouter au line-up initial. D&egrave;s la premi&egrave;re chanson, on d&eacute;couvre un groupe m&eacute;talcore qui a, gr&acirc;ce &agrave; cette nouveaut&eacute;, plus d&rsquo;ampleur et propose un set plus agressif qu&rsquo;ils ne l&rsquo;ont fait jusqu&rsquo;&agrave; pr&eacute;sent. Le groupe propose &eacute;galement un nouveau titre &laquo;&nbsp;Unbreakable&nbsp;&raquo;, plus &eacute;lectro (on ressent clairement les influences &agrave; la Issues) mais &eacute;galement plus rentre dedans. Le public appr&eacute;cie et est plut&ocirc;t nombreux pour un lancement de festival &agrave; 16&nbsp;! Qu&rsquo;on aime ou non le groupe depuis sa cr&eacute;ation, c&rsquo;est le moment de les surveiller, entre leur nouveau screamer et leurs nouveaux titres, le groupe a clairement d&eacute;cid&eacute; de prendre un virage.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/4213fbad5ad882e2ec0c22f2bcdf0f3d/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio8_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">16h40 - New Years Day</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Changement de d&eacute;cor avec l&rsquo;arriv&eacute;e de New Years Day. Changement radical, surtout niveau look, un bon parisien aurait dit &laquo;&nbsp;Oh mec, il y a Jeanne Mas sur sc&egrave;ne&nbsp;!&nbsp;&raquo;. Tr&ecirc;ve de plaisanteries, le groupe d&eacute;livre quand m&ecirc;me une bonne prestation, simple et efficace, de quoi faire plaisir aux quelques fans pr&eacute;sents (la salle &eacute;tait bien remplie mais il faut l&rsquo;avouer, les gens attendaient principalement les t&ecirc;tes d&rsquo;affiche).</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">17h20 - Silent Screams</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">On rechange de d&eacute;cor avec l&rsquo;arriv&eacute;e des britanniques de Silent Scream. On se rapproche d&eacute;j&agrave; beaucoup plus du style global de la journ&eacute;e. Le groupe livre une prestation un peu plus muscl&eacute;e bien men&eacute;e par leur frontman Joel Heywood mais pas toujours bien carr&eacute;e.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">18h00 - The Charm The Fury</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Les femmes qui screament ne sont pas nombreuses dans cet univers plut&ocirc;t fait de testost&eacute;rone&nbsp;! En France nous avons Eths, par exemple, qui a r&eacute;ussi &agrave; s&rsquo;imposer dans le style et donc &agrave; Amsterdam on a The Charm, The Fury. Autant vous dire que le groupe porte bien son nom, malgr&eacute; le charme de la chanteuse on ne peut pas dire que le set soit de tout repos. Dans la salle la tension commence &agrave; monter, le groupe a bien su chauffer la salle. L&rsquo;ambiance est pr&ecirc;te &agrave; monter crescendo avec les groupes qui suivront.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/b877a975e459053833b731984a6d7dc0/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio10_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">18h45 - Glamour Of The Kill</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Le groupe pas mal attendu par sa fanbase fran&ccedil;aise, plut&ocirc;t nombreuse, monte sur sc&egrave;ne. On sort les gros riffs &agrave; l&rsquo;ancienne, une rythmique soutenu dynamisant la fosse et des textes repris &agrave; plusieurs reprises par le public. La fosse devient bien plus active, la tension monte d&rsquo;un cran, on verra m&ecirc;me un wall of death se former dans la salle. Les titres de leur dernier EP &laquo;&nbsp;After Hours&nbsp;&raquo; remporteront un vif succ&egrave;s&nbsp;aupr&egrave;s du jeune public majoritairement present ce soir.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">19h30 - Hopes Die Last</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Alors l&agrave;, le groupe qui va arriver, je les attendais au tournant. Les italiens d&rsquo;Hopes Die Last, les Peter Doherty du &eacute;mocore, ou plut&ocirc;t les rois de l&rsquo;annulation de date. Pour diverses raisons, ils ont annul&eacute; bon nombre de dates et ont r&eacute;ussi &agrave; se f&acirc;cher avec pas mal de productions fran&ccedil;aises. Ce n&rsquo;est donc pas tous les jours qu&rsquo;on peut dire &laquo;&nbsp;j&rsquo;ai vu Hopes Die Last en live&nbsp;&raquo;. J&rsquo;&eacute;tais donc surpris de leur visite et attendait, tout de m&ecirc;me, avec impatience de voir ce qu&rsquo;ils valaient en live.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Le groupe s&rsquo;installe donc, en retard, sur sc&egrave;ne et encha&icirc;ne avec une belle &eacute;nergie un set de&hellip;4 chansons comprenant leur dernier album Wolfpack et Trust No One&hellip;Difficile de juger une prestation si courte. Les titres &eacute;taient plut&ocirc;t carr&eacute;s, suffisamment connus du public pour &ecirc;tre repris par la foule et assez &eacute;nergiques pour maintenir l&rsquo;ambiance. Mais sans plus.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Daniele Tofani, le chanteur &eacute;tait en fait en b&eacute;quilles &agrave; sa sortie de sc&egrave;ne&hellip;ce qui expliquera certainement ce set.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Dommage, je ne serai malheureusement toujours pas convaincu par leur attitude en live. J&rsquo;esp&egrave;re quand m&ecirc;me pouvoir les voir un jour dans de meilleures conditions.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/20ee167b2ba4efd9d63e7a17d711f842/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio6_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">20h00 - Our Last Night</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">L&agrave;, on ne plaisante plus, arrive sur sc&egrave;ne, LE groupe tant attendu de la soir&eacute;e : Our Last Night. Le quatuor de chez Epitaphe a vu sa carri&egrave;re d&eacute;coller il y a quelques ann&eacute;es par leurs covers tr&egrave;s efficaces d&rsquo;Ad&egrave;le, Imagine Dragons, Katy Perry, Miley Cyrus ou encore Maroon 5. A vrai dire, bien que leurs EP et albums soient tr&egrave;s bien r&eacute;alis&eacute;s, leurs covers prennent le dessus sur leurs compositions. Le groupe d&eacute;marre donc sur les chapeaux de roues, pr&eacute;sente un set bien rod&eacute;, tr&egrave;s &eacute;nergique, Tr&eacute;vor g&egrave;re comme il se doit l&rsquo;attention du public, jusqu&rsquo;&agrave; aller &laquo;&nbsp;sur&nbsp;&raquo; la fosse le faire chanter. En terme de performance, le groupe est carr&eacute;, chaque membre ma&icirc;trise son poste, une claque. Les gars d&rsquo;Our Last Night en profiteront pour jouer leurs covers d&rsquo;Adele &laquo;&nbsp;Skyfall&nbsp;&raquo; et de Katy Perry &laquo;&nbsp;Dark Horse&nbsp;&raquo; qui seront, vous vous en douterez, repris en c&oelig;ur par le public.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Le set se termine, pas calmement du tout, une tr&egrave;s bonne prestation au point o&ugrave; on en redemande&nbsp;!</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://41.media.tumblr.com/f54b53a4581b503d5be530e6d934f3c3/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio9_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">21h35 - Escape The Fate</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est donc au tour d&rsquo;Escape The Fate de clore la journ&eacute;e. Le groupe va encha&icirc;ner avec une simplicit&eacute; et une &eacute;nergie d&eacute;tonante leurs tubes. L&rsquo;ambiance est &agrave; son paroxysme, la salle est pleine. Le groupe va servir pendant pr&egrave;s d&rsquo;une heure ses fans de la premi&egrave;re &agrave; la derni&egrave;re heure en proposant des titres de Ungrateful mais aussi de This War is Ours. La fosse saute dans tous les sens, reprenant toutes les chansons sans louper une seule parole. On n&rsquo;&eacute;chappera pas aux magnifiques &laquo;&nbsp;Vive Mabbitt&nbsp;&raquo; (le chanteur se nommant Craig Mabbitt), au d&eacute;tail pr&egrave;s qu&rsquo;il r&eacute;pondra calmement qu&rsquo;il conna&icirc;t d&eacute;j&agrave; la blague ! Le set continue dans la joie, la bonne humeur et surtout la guerre.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Pour ceux qui ne connaissent pas, Escape the Fate &ccedil;a envoie du riff, rappelant pas mal de &nbsp;clich&eacute;s du hard rock, que &ccedil;a soit niveau vestimentaire que dans les compositions, avec un ing&eacute;nieux m&eacute;lange de m&eacute;lodies actuelles en terme de chant entre &eacute;mo et pop.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Le groupe conclu donc cette journ&eacute;e par This War is Ours qui calmera le public.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://41.media.tumblr.com/50e2d6530c4b71ceecfcd965d75f2e78/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio4_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est ainsi que se termine la premi&egrave;re journ&eacute;e. Elle d&eacute;marra tranquillement puis s&rsquo;acc&eacute;l&egrave;rera au fur et &agrave; mesure des prestations. C&ocirc;t&eacute; organisation la machine &eacute;tait bien ficel&eacute;e&nbsp;: un espace merch pour tous les groupes avec un stand de d&eacute;dicaces, le grand espace fumeur en terrasse, le bar qui sert de tr&egrave;s bons sandwichs (c&rsquo;&eacute;tait l&rsquo;info de cette chronique, le bar du Cabaret Sauvage sert de tr&egrave;s bons sandwichs&nbsp;!), c&ocirc;t&eacute; backstage on avait m&ecirc;me le droit &agrave; une machine qui imprimait les photos en polaro&iuml;ds qu&rsquo;on prenait avec Instagram en ajoutant le #damagefestival. Ajout&eacute; au fait qu&rsquo;il n&rsquo;y a eu ni accident ni baston. L&rsquo;amb</span><span style="font-size:14px">iance g&eacute;n&eacute;rale est bien au rendez-vous&nbsp;!</span></p> <p style="text-align:justify">&nbsp;</p> <h1 style="text-align:justify"><em>Day 2</em></h1> <h2 style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Deuxi&egrave;me jour de festival, une affiche bien plus lourde et &ccedil;a se ressent dans le public puisqu&rsquo;on passe d&rsquo;une population jeune et majoritairement f&eacute;minine &agrave; une population jeune, mais pas que, et surtout barbue&nbsp;!</span></h2> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">15h00 &ndash; Novelists</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est donc un autre groupe de la sc&egrave;ne parisienne qui ouvre le bal en ce 2e jour : Novelists! Le jeune groupe qui a bien su se faire rep&eacute;rer sur le net propose un set m&eacute;talcore teint&eacute; de djent. Matteo alterne correctement chant clair et chant cri&eacute; pendant que le reste du groupe rempli son travail. Niveau composition c&rsquo;est bien ficel&eacute; mais niveau prestation le groupe manque encore de travail pour pouvoir proposer un set digne de ce nom.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">15h35 - Tides From Nebula</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">La journ&eacute;e s&rsquo;annon&ccedil;ait d&eacute;di&eacute;e aux amateurs de m&eacute;tal progressif, ax&eacute; sur une instrumentale tr&egrave;s technique relevant plus de la d&eacute;monstration et de l&rsquo;exp&eacute;rimental ambiant que de la violence pure comme on pourrait le trouver dans le hardcore. C&rsquo;est donc Tides From Nebula qui d&eacute;marre ce spectacle avec leur set a&eacute;rien. A noter que le groupe est &agrave; 100% instrumental, pas de temps &agrave; perdre avec une voix, de toute fa&ccedil;on les chanteurs on s&rsquo;en fout (c&rsquo;est pas les bassistes dont on se fout d&rsquo;habitude&nbsp;?). Le groupe nous offre donc un set progressif et ambiant plut&ocirc;t agr&eacute;able. Mais du coup, le public est peu r&eacute;actif, peut-&ecirc;tre aurait-il pr&eacute;f&eacute;r&eacute; un set avec un peu plus de punch, seuls les puristes ont pu r&eacute;ellement appr&eacute;cier leur performance.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">16h10 &ndash; Circles</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Place aux choses s&eacute;rieuses avec Circles, leur style et donc leur set &eacute;tant plus catchy, le chapiteau du Cabaret Sauvage commence enfin &agrave; trembler un peu&nbsp; sous les riffs ac&eacute;r&eacute;s des australiens.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">16h45 - Devil Sold His Soul</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">On sort des rangs du progressif pour se tourner vers la sc&egrave;ne posthardcore avec Devil Sold His Soul. La facilit&eacute; qu&rsquo;a leur nouveau chanteur Paul Green (arriv&eacute; courant 2014) &agrave; passer d&rsquo;un chant bien cri&eacute; &agrave; une voix clean a&eacute;rienne est assez bluffante, d&rsquo;autant plus que le groupe d&eacute;livre une prestation bien carr&eacute;e. Bref, un set qui nous rend nostalgique mais qui pour le coup chauffe bien la salle pour ce qui va suivre&nbsp;!</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">17h25 - The Algorithm</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est au tour du groupe fran&ccedil;ais, originaire de Perpignan pour &ecirc;tre plus pr&eacute;cis, de venir se d&eacute;fouler sur sc&egrave;ne. Leur style m&eacute;langeant du djent, de l&rsquo;&eacute;lectro, du mathcore, des sons 8 bits, sans chant, en simple duo batterie/pad ou batterie/guitare selon les compos&hellip;fournit une &eacute;nergie assez unique en son genre qui pla&icirc;t aux fans venus sp&eacute;cialement pour ce genre de prestation. Le public est r&eacute;actif, appr&eacute;cie le groupe et &ccedil;a se sent&nbsp;! Il faut dire que le groupe ne se produit pas souvent dans la capital donc, ce n&rsquo;est pas &eacute;tonnant de voir son public autant r&eacute;actif et dansant.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">18h05 - Monuments</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">La grosse claque de la journ&eacute;e pour ma part. La pr&eacute;c&eacute;dente &eacute;dition m&rsquo;avait fait d&eacute;couvrir l&rsquo;&eacute;norme puissance de Crossfaith et bien pour cette &eacute;dition ce sera Monuments. Lourdeur&nbsp;: OK, Baffes&nbsp;: OK, Rythmique bien plus que carr&eacute;e&nbsp;: OK, composition puissante&nbsp;: OK&hellip;Le groupe pr&eacute;sente un set riche et complet, bien ma&icirc;tris&eacute; laissant sans voix chaque personne pr&eacute;sente. Pour ceux qui ne connaissent pas le djent ou n&rsquo;aiment pas encore &ccedil;a, je conseille vivement d&rsquo;aller &eacute;couter Monuments. Le groupe propose un m&eacute;tal progressif teint&eacute; de diverses influences bien &eacute;clectiques faisant de lui une passerelle id&eacute;ale pour d&eacute;couvrir plus en profondeur le style djent.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/0c7870d7ec32e4d05fc8ca831bf8e069/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio7_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">18h55 - After The Burial</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Quand je vous disais que Monuments &eacute;tait une passerelle parfaite pour pouvoir appr&eacute;cier des groups bien plus types djent et bien je peux vous dire que c&rsquo;&eacute;tait une bonne id&eacute;e de la part des tourneurs et des organisateurs de les mettre avant After The Burial. &laquo;&nbsp;Lourd&nbsp;&raquo;, je ne peux donner de meilleur adjectif &agrave; leur prestation, tant la rythmique est ma&icirc;tris&eacute;e et les riffs bien tranchants &agrave; souhaits. Le chanteur alterne merveilleusement bien chant cri&eacute; et chant plus guttural. Le public est bien chaud comme il faut.</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/e958d4d5ab86004470208bfa40b6eb08/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio5_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">19h50 &ndash; Tesseract</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">C&rsquo;est parti pour le trio de t&ecirc;te de cette 2<sup>e</sup> et derni&egrave;re journ&eacute;e de festival avec Tesseract. Il s&rsquo;agissait pour moi de la meilleure formation progressive de cette journ&eacute;e. Le groupe nous a livr&eacute; sur un plateau d&rsquo;argent une ambiance apais&eacute;e mais puissante, nous retournant les tripes. Une musicalit&eacute; tr&egrave;s m&eacute;lodieuse, une sensibilit&eacute; prenante et une force d&eacute;stabilisante.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Fid&egrave;le &agrave; sa r&eacute;putation, le groupe aura su satisfaire ses fans.</span></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">20h55 - Animal As Leaders</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">La le&ccedil;on du soir. En fait, Animal As Leaders, c&rsquo;est le genre de groupe qui, si tu es musicien, te donne l&rsquo;impression d&rsquo;&ecirc;tre qu&rsquo;une me**e. D&eacute;sol&eacute; pour l&rsquo;expression, mais je suis s&ucirc;r et certain que parmi les 2-3 qui vont me lire (si j&rsquo;arrive &agrave; ce chiffre ce sera d&eacute;j&agrave; &eacute;norme vu le roman), vous comprendrez ce que je veux dire car&hellip;vous aussi vous avez tout donn&eacute; pour faire de la guitare et quand bien m&ecirc;me tous vos potes et fans sur les r&eacute;seaux sociaux vous disent &laquo;&nbsp;ouah c&rsquo;est g&eacute;nial ce que tu fais&nbsp;&raquo;&hellip;bah &agrave; c&ocirc;t&eacute; d&rsquo;Animal As Leader &ccedil;a reste de la me**e&nbsp;!</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Animal As Leaders aura donc &eacute;t&eacute;, ce soir, la prestation la plus virulente envers les musiciens amateurs et semi-professionnels voir m&ecirc;me quelques professionnels. Le public s&rsquo;impatiente, le public les r&eacute;clame avant m&ecirc;me leur mont&eacute;e sur sc&egrave;ne et puis, bim, d&egrave;s le d&eacute;but du set le groupe encha&icirc;ne avec une facilit&eacute; d&eacute;concertante sweep, double-p&eacute;dale&hellip;et j&rsquo;en passe et des meilleures. Les compos sont magnifiques, AAL fait partie de ces groupes internationaux qui savent te cr&eacute;er une ambiance atmosph&eacute;rique unique avec des guitares 8 cordes, c&rsquo;est vraiment surprenant et agr&eacute;able &agrave; voir et &eacute;couter.</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">A d&eacute;couvrir absolument&nbsp;en CD et en live !</span></p> <p style="text-align:justify"><img alt="" src="https://40.media.tumblr.com/afc1d208f6462690d783cbfc5fe184d3/tumblr_ni8liqUiuH1u6u1jio2_1280.jpg" /></p> <p style="text-align:justify"><br /> <span style="font-size:14px">22h00 - Textures</span></p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Il est donc tant de nous achever avec Textures. La formation parcourant les routes pour f&ecirc;ter ses 10 ans de carri&egrave;re, le groupe a d&eacute;cid&eacute; de faire un d&eacute;tour par notre ch&egrave;re capitale. Le groupe conclu parfaitement le final progressif de cette journ&eacute;e avec son chant a&eacute;rien et ses rythmiques saccad&eacute;es.</span></p> <p style="text-align:justify">&nbsp;</p> <p style="text-align:justify"><em><span style="font-size:14px">C&rsquo;est donc ainsi que se conclu cette 2<sup>e</sup> &eacute;dition du Damage Festival au Cabaret Sauvage. La 2<sup>e</sup> journ&eacute;e, qui se d&eacute;roula sous le signe de la barbe et de la bi&egrave;re &eacute;tait diff&eacute;rente mais tout autant int&eacute;ressante que la premi&egrave;re. L&rsquo;ambiance globale du festival &eacute;tait plus calme, plus sereine mais tout autant agr&eacute;able. Nous avons pu continuer &agrave; nous amuser avec l&rsquo;imprimante &agrave; photo Instagram, manger des supers sandwichs au bar et boire de la bi&egrave;re. L&rsquo;organisation aura &eacute;t&eacute; une seconde fois irr&eacute;prochable.</span></em></p> <p style="text-align:justify">&nbsp;</p> <p style="text-align:justify">&nbsp;</p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">Merci &agrave; toute l&rsquo;&eacute;quipe d&rsquo;Only Talent Production, aux artistes et aux b&eacute;n&eacute;voles&nbsp;!</span></p> <p style="text-align:justify">&nbsp;</p> <p style="text-align:justify"><span style="font-size:14px">A l&rsquo;ann&eacute;e prochaine&nbsp;;)</span></p>

<p style="text-align: justify;"><span style="color:rgb(169, 169, 169)"><em>Pochette r&eacute;alis&eacute;e par : St&eacute;phane Casier</em></span></p> <p style="text-align: justify;"><strong><em>Retrouvez l&#39;interview d&#39;AqME &agrave; la fin de cette chronique</em></strong></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">R&eacute;cemment, un nouvel uppercut dans la culture musicale m&rsquo;a bien fait rire, les fans de Kanye West pensent qu&rsquo;il va lancer la carri&egrave;re de Paul McCartney&hellip;et les fans de &laquo;&nbsp;rock&nbsp;&raquo;, pensent qu&rsquo;il se tra&icirc;ne et profite de ses anciens succ&egrave;s. Il y a comme qui dirait, un l&eacute;ger probl&egrave;me de g&eacute;n&eacute;ration !</p> <p style="text-align: justify;">Et bien c&rsquo;est un peu dans cette situation que j&rsquo;imagine AqME aujourd&rsquo;hui, d&rsquo;un c&ocirc;t&eacute; les nouvelles g&eacute;n&eacute;rations qui n&rsquo;ont pas connu &laquo;&nbsp;Pornographie&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;Si n&rsquo;existe pas&nbsp;&raquo; ou encore &laquo;&nbsp;Uniformes&nbsp;&raquo;, d&rsquo;un autre c&ocirc;t&eacute; &nbsp;les &laquo;&nbsp;vrais&nbsp;&raquo;, ceux qui pensent qu&rsquo;AqME s&rsquo;est s&eacute;par&eacute; en 1995 (quoi&nbsp;? le groupe s&rsquo;est form&eacute; en 1999&nbsp;? pourtant j&rsquo;&eacute;tais persuad&eacute; que&hellip;) et d&rsquo;un autre, les fans toujours fid&egrave;les, toujours pr&eacute;sents et qui croient en l&rsquo;avenir de ce groupe. &Ccedil;a c&rsquo;est la premi&egrave;re barri&egrave;re que rencontre AqME, le fameux passage &agrave; vide des groupes fran&ccedil;ais, qui durerait 10 ans si l&rsquo;on en croit l&rsquo;exp&eacute;rience de Mass Hysteria, o&ugrave; le groupe doit se battre contre tous les clich&eacute;s possibles et imaginables mais &eacute;galement contre les probl&egrave;mes internes au groupe (et je ne parle pas de drogue mais bien du fait de devoir travailler et g&eacute;rer sa vie de famille tout en d&eacute;fendant ses albums en tourn&eacute;e).</p> <p style="text-align: justify;">Comme un probl&egrave;me ne survient jamais seul, rajoutez le d&eacute;part de leur chanteur Thomas Thirrion d&eacute;but 2012, remplac&eacute; par le jeune et talentueux Vincent Peignart-Mancini (Noswad et The Butcher&rsquo;s Rodeo). Et enfin, la cerise sur le g&acirc;teau, ce d&eacute;part a eu lieu pile &agrave; la sortie de leur pr&eacute;c&eacute;dent album &laquo;&nbsp;Epith&egrave;te, Dominion, Epitaphe&nbsp;&raquo; qui sonnait l&rsquo;apog&eacute;e de la violence dont &eacute;tait capable l&rsquo;ancien line-up comportant de bons featuring avec Junior Rodriguez (Darkness Dynamite) et St&eacute;phane Buriez (Loudblast).</p> <p style="text-align: justify; margin-left: 40px;"><img alt="" src="http://www.lagrosseradio.com/_images/fck/4416.jpg" style="height:600px; width:600px" /></p> <p style="text-align: justify;"><em><span style="color:rgb(169, 169, 169)">Pochette : &quot;Epith&egrave;te, Dominion, Epitaphe&quot;, r&eacute;alis&eacute;e par Thomas Thirrion</span></em></p> <p style="text-align: justify;">Cependant, #labandedes4 ne baisse pas les bras et d&eacute;cide de sortir un nouvel EP &laquo;&nbsp;Les Sentiers de l&rsquo;Aube&nbsp;&raquo; afin de pr&eacute;senter la technicit&eacute; et la performance vocale de Vincent &eacute;tant donn&eacute; qu&rsquo;il n&rsquo;avait pas travaill&eacute; sur l&rsquo;album qu&rsquo;il devait d&eacute;fendre. La t&acirc;che &eacute;tait tr&egrave;s dure et le r&eacute;sultat ne f&ucirc;t que moyen &eacute;tant donn&eacute; le peu de temps qu&rsquo;avait Vincent pour assimiler 13 ans de travail.</p> <p style="text-align: justify;"><em>Bref, si vous avez bien suivi c&rsquo;est &ccedil;a l&rsquo;&eacute;tat d&rsquo;esprit AqME quand ils annoncent leur 7<sup>e</sup> album &laquo;&nbsp;D&eacute;visager Dieu&nbsp;&raquo;&nbsp;: oubliez les clich&eacute;s du m&eacute;tal et de la religion, ils en ont rencontr&eacute; des difficult&eacute;s, des &eacute;tiquettes, des crises MAIS ils n&rsquo;en ont rien &agrave; faire&nbsp;! Ils savent qui ils sont, ce qu&rsquo;ils valent et surtout ils n&rsquo;ont rien &agrave; prouver. Ils veulent continuer leur route, leur passion avant tout quoiqu&rsquo;en disent les gens et &laquo;&nbsp;d&eacute;visageront&nbsp;&raquo; quiconque se mettra en travers de leur chemin. Les questions que l&rsquo;on se pose donc naturellement avant d&rsquo;appuyer sur lecture c&rsquo;est&nbsp;: est-ce que ce nouveau line-up aura r&eacute;ussi &agrave; se cr&eacute;er une nouvelle identit&eacute; tout en restant fid&egrave;les &agrave; eux-m&ecirc;mes sur ce nouvel album ?</em></p> <p style="text-align: justify;">L&rsquo;album d&eacute;marre avec &laquo;&nbsp;Avant le Jour&nbsp;&raquo;, titre &eacute;galement sorti en clip&nbsp;:</p> <p style="text-align: justify;"><iframe frameborder="0" height="300" scrolling="no" src="http://www.youtube.com/embed/cjaQPArjdAE" width="500"></iframe></p> <p style="text-align: justify;">AqME d&eacute;marre l&agrave; o&ugrave; ils s&rsquo;&eacute;taient arr&ecirc;t&eacute;s&nbsp;: la violence. Un premier cri de rage lance la guerre. Ce n&rsquo;est plus une bataille mais bien une guerre. Arrive une rythmique bien soud&eacute;e et lourde puis un riff et des paroles&nbsp;&laquo;&nbsp;Happ&eacute; par ce qui fait de nous des fr&egrave;res avant le jour [&hellip;] Rattrap&eacute; par ce qui fait de nous des fr&egrave;res jusqu&rsquo;&agrave; la mort&nbsp;&raquo; qui vous restent en t&ecirc;te tout le reste de la journ&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">Puis arrive &laquo;&nbsp;Enfants de Dieu&nbsp;&raquo;, d&eacute;marre sur un riff qui rappelle grandement ceux de leur pr&eacute;c&eacute;dent album, tr&egrave;s m&eacute;lodique, tr&egrave;s rapide et tr&egrave;s violent&nbsp;! Au chant, &agrave; la batterie et &agrave; la basse, pas mieux, ils envoient leurs tripes, pas le temps de se calmer avec du chant clean.</p> <p style="text-align: justify;">Apr&egrave;s la temp&ecirc;te on calme un peu la b&ecirc;te avec l&rsquo;intro plus en douceur d&rsquo; &laquo;&nbsp;Au-del&agrave; de l&rsquo;Ombre&nbsp;&raquo; donnant rapidement le ton &agrave; un cri puissant venant de l&rsquo;au-del&agrave; pour arriver sur un refrain m&eacute;langeant m&eacute;lancolie et douceur avec encore une fois de la rage et limite de la ha&icirc;ne. Ce titre refl&egrave;te bien l&rsquo;id&eacute;e d&rsquo;un titre &laquo;&nbsp;100% AqME&nbsp;&raquo;, c&rsquo;est-&agrave;-dire un titre m&eacute;langeant m&eacute;lancolie et rage, m&eacute;lodie et brutalit&eacute;, un &eacute;clectisme de sentiments.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="http://www.auxportesdumetal.com/reports/AQME-Picaud2013-1.JPG" /></p> <p style="text-align: justify;">Arrive un larsen annon&ccedil;ant &laquo;&nbsp;Ce que nous sommes&nbsp;&raquo;, pr&eacute;sentant des couplets violents mais un refrain prenant de la hauteur. Le groupe m&eacute;lange avec brio une rythmique brutale avec une voix clean, tout s&rsquo;alterne jusqu&rsquo;&agrave; fusionner pour annoncer un final explosif et lourd.</p> <p style="text-align: justify;">Vient ensuite la m&eacute;lancolie d&rsquo;&laquo;&nbsp;Un Appel&nbsp;&raquo;, a contrario du titre pr&eacute;c&eacute;dent, chaque &eacute;motion a sa place, ce titre est tr&egrave;s sinuso&iuml;dale, on alterne d&rsquo;un passage tr&egrave;s calme &agrave; une violence extr&ecirc;me, ou plut&ocirc;t d&rsquo;une voix souffrante. A chacun son interpr&eacute;tation&nbsp;!</p> <p style="text-align: justify;">&laquo;&nbsp;Entre louanges et regrets&nbsp;&raquo; remet l&rsquo;auditeur sur les rails de la m&eacute;lodie. On reprend espoir, on se rel&egrave;ve comme apr&egrave;s avoir re&ccedil;u un coup dans les c&ocirc;tes, la rage au ventre, l&rsquo;envie de se venger de ce mauvais coup et de tout donner. Car apr&egrave;s tout, ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. Le final nous fait comprendre que le doute n&rsquo;est cependant pas loin avec une rythmique et une m&eacute;lodie tr&egrave;s &laquo;&nbsp;mystique&nbsp;&raquo;.</p> <p style="text-align: justify;">Pour &laquo;&nbsp;L&rsquo;Homme et le sablier&nbsp;&raquo;, Vincent va chercher au plus profond de soi avec un chant quasi a capela, les instruments se font calmes et atmosph&eacute;riques, la rythmique est plus calme mais monte tranquillement en puissance au fil de l&rsquo;eau pour d&eacute;boucher sur un riff de guitare tranchant et une voix d&eacute;chirante parsem&eacute;e de larsens et d&rsquo;une batterie lourde et pr&eacute;cise. Comme son nom l&rsquo;indique, le groupe joue avec le temps laissant une impression de &laquo;&nbsp;m&eacute;fie-toi du loup qui dort&nbsp;&raquo;.</p> <p style="text-align: justify;"><img alt="" src="http://www.notulus.com/photos/article_news/AqME2014_650x300.jpg" /></p> <p style="text-align: justify;">C&rsquo;est donc logique que &laquo;&nbsp;Pour le meilleur, le pire&nbsp;&raquo; reprend l&agrave; o&ugrave; s&rsquo;arr&ecirc;tait le titre pr&eacute;c&eacute;dent, la rythmique s&rsquo;acc&eacute;l&egrave;re et la m&eacute;lodie prend un tournant beaucoup plus positifs. Cela reste mon humble avis, mais la rythmique et la m&eacute;lodie me rappellent beaucoup &laquo;&nbsp;Uniformes&nbsp;&raquo; de leur album &laquo;&nbsp;H&eacute;r&eacute;sie&nbsp;&raquo;.</p> <p style="text-align: justify;">Et pour finir &laquo;&nbsp;Les abysses&nbsp;&raquo;, juste au titre, on s&rsquo;attend &agrave; du tr&egrave;s lourd. Eh bien, techniquement le titre annon&ccedil;ait bien la couleur mais &eacute;videmment, l&rsquo;habit ne fait pas &laquo;&nbsp;totalement&nbsp;&raquo; le moine. En effet, c&rsquo;est bien l&agrave; que l&rsquo;on comprend pour la n-i&egrave;me fois qu&rsquo;AqME a d&eacute;cid&eacute; de rester fid&egrave;le &agrave; eux-m&ecirc;mes, bien que l&rsquo;album reprend l&agrave; o&ugrave; s&rsquo;&eacute;tait arr&ecirc;t&eacute; l&rsquo;autre, le groupe a pris un virage en reprenant les recettes qui ont fait d&rsquo;eux ce qu&rsquo;ils sont aujourd&rsquo;hui&nbsp;: l&rsquo;album se termine sur un titre m&eacute;langeant brutalit&eacute; et m&eacute;lancolie avec des passages violents puis va basculer sur une phase plus progressive pour devenir limite calme et revenir d&rsquo;un coup sur un hymne &agrave; l&rsquo;espoir et un cri exprimant la rage de vaincre.</p> <p style="text-align: justify;"><strong><em>En bref, le groupe nous a servi un beau projet qui leur est propre, qui leur ressemble. A travers cet album on sent les diff&eacute;rentes &eacute;tapes qu&rsquo;a franchi le groupe. On sent la furieuse envie d&rsquo;en d&eacute;coudre. Cet album rassemble tout ce qui a fait qu&rsquo;AqME est ce qu&rsquo;il est &agrave; l&rsquo;heure actuelle mais arrive &agrave; pr&eacute;senter &agrave; la fois quelque chose de nouveau dans leur univers. Cet album positionne officiellement le groupe sur une pente positive, la revanche n&rsquo;est pas loin. A &eacute;couter de toute urgence&nbsp;!</em></strong></p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Nous avons pu poser quelques questions au groupe pour en savoir un peu plus sur leur nouvelle aventure :</p> <p style="text-align: justify;"><strong><em>Vincent, il y a un peu plus de 2 ans apr&egrave;s la sortie d&rsquo;&nbsp;&laquo;&nbsp;Epith&egrave;te, Dominion, Epitaphe&nbsp;&raquo;, tu nous disais dans une pr&eacute;c&eacute;dente interview que, en dehors du fait d&rsquo;apprendre 6 albums, la difficult&eacute; que tu rencontrais pour int&eacute;grer AqME &eacute;tait de t&rsquo;approprier les textes de Thomas. A travers &laquo;&nbsp;D&eacute;visager Dieu&nbsp;&raquo;, on a face &agrave; nous un projet &laquo;&nbsp;100% AqME&nbsp;&raquo;. Quel a &eacute;t&eacute; pour toi le moment ou plut&ocirc;t le d&eacute;clic qui t&rsquo;a permis de te sentir &laquo;&nbsp;100% AqME&nbsp;&raquo;&nbsp;?</em></strong></p> <p style="text-align: justify;">Effectivement&nbsp;! C&rsquo;&eacute;tait un sacr&eacute; challenge que de reprendre les textes d&rsquo;un autre mais tr&egrave;s formateur au final&nbsp;! le d&eacute;clic c&rsquo;est fait sur la composition d&rsquo;&nbsp; &laquo;&nbsp;Avant le Jour&nbsp;&raquo; , titre sur lequel je suis arriv&eacute; &agrave; poser un chant clair sans me poser de question , la suite a &eacute;t&eacute; vraiment plus naturel apr&egrave;s .</p> <p style="text-align: justify;"><em><strong>Qu&rsquo;est-ce qui, selon vous, a fait que le groupe a gard&eacute; sa rage de vaincre et de surpasser les obstacles qu&rsquo;il a d&ucirc; endurer&nbsp;?</strong></em></p> <p style="text-align: justify;">En Seul mot PASSION, en un seul verbe CROIRE&nbsp;! En &eacute;tant toujours tr&egrave;s optimiste,&nbsp; arrivera ce qu&rsquo;il doit arriver l&rsquo;important est de faire les choses &agrave; fond, sinon autant ne rien faire&nbsp;!</p> <p style="text-align: justify;"><em><strong>C&ocirc;t&eacute; production, vous avez d&eacute;cid&eacute; de continuer avec le duo Etienne/Magnus. On ne change pas une &eacute;quipe qui gagne et &ccedil;a se ressent dans ce nouvel album&nbsp;! Par contre c&ocirc;t&eacute; composition, beaucoup de choses ont chang&eacute; malgr&eacute; l&rsquo;EP les Sentiers de l&rsquo;Aube (puisque c&rsquo;&eacute;tait un EP 3 titres et non un album). Comment s&rsquo;est pass&eacute; cette phase de r&eacute;alisation&nbsp;?</strong></em></p> <p style="text-align: justify;">La forme n&rsquo;a pas chang&eacute; mais je dirais plut&ocirc;t &eacute;volu&eacute;&nbsp;; l&rsquo;arriv&eacute;e d&rsquo;un nouveau membre peut &ecirc;tre dur pour un groupe comme il peut aussi avoir ses avantages.</p> <p style="text-align: justify;">Nous avons pu&nbsp; explorer d&rsquo;autres univers sans perdre l&rsquo;essence m&ecirc;me du groupe et c&rsquo;est ce qu&rsquo;il s&rsquo;est pass&eacute; sur cet album.</p> <p style="text-align: justify;"><em><strong>Pour finir, quel serait pour vous le prochain groupe que nous devrions interviewer&nbsp;?</strong></em></p> <p style="text-align: justify;">Le prochain a ITW&nbsp;? Cela n&rsquo;engage que moi car c&rsquo;est moi qui t&rsquo;&eacute;crit&nbsp;! C&rsquo;est un groupe que j&rsquo;ai d&eacute;couvert sur la route, Noise Emission Control.</p> <p style="text-align: justify;">&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p> <p><em><strong><img alt="" src="http://www.desinvolt.fr/wp-content/uploads/aqme-devisager-dieu.jpg" style="height:250px; width:250px" /></strong></em></p> <p><em><strong>&quot;D&eacute;visager Dieu&quot; - Tracklist</strong></em></p> <ol> <li><em><strong>Avant le Jour</strong></em></li> <li><em><strong>Enfants de Dieu</strong></em></li> <li><em><strong>Au Del&agrave; de l&#39;Ombre</strong></em></li> <li><em><strong>Ce que nous sommes</strong></em></li> <li><em><strong>Un appel</strong></em></li> <li><em><strong>Entre louanges et regrets</strong></em></li> <li><em><strong>L&#39;homme et le sablier</strong></em></li> <li><em><strong>Pour le meilleur, le pire</strong></em></li> <li><em><strong>Les abysses</strong></em></li> </ol> <p>&nbsp;</p> <p>&nbsp;</p>