• ShowCase reçoit The Bloody Beetroots

    ShowCase reçoit The Bloody Beetroots

    Ce samedi 4 Avril, le mythique Showcase accueillait les Bloody Beetroots (enfin l’un des Bloody Beetroots aka SIR BOB CORNELIUS RIFO), ainsi que Christine et HIS MAJESTY ANDRE. La soirée propose un très beau line up et une ambiance éléctrique… Un programme tellement prometteur que la soirée est annoncée SOLD OUT plusieurs jours à l’avance ! Adèle et moi allons vous partager nos impressions sur cette nuit qui s’annonçait très prometteuse ☺

Precedent ShowCase reçoit The Bloody Beetroots

Agenda

<p style="text-align: justify;">Nous nous dirigeons vers la soir&eacute;e, et surprise, Ad&egrave;le m&rsquo;apprend que c&rsquo;est sa premi&egrave;re fois au Showcase, bo&icirc;te embl&eacute;matique de la nuit &eacute;l&eacute;ctro parisienne (Oh, je suis si &eacute;mue...) Nous arrivons en plein c&oelig;ur de Paris et elle doit l&rsquo;avouer&nbsp;:&nbsp;Le lieu est &agrave; la hauteur de ses attentes, proche du Grand Palais et face &agrave; la Seine, cet ancien hangar &agrave; bateau met &agrave; disposition une salle immense qui &agrave; de quoi faire r&ecirc;ver&nbsp;! Une fois &agrave; l&rsquo;int&eacute;rieur, BOUM la boite est pleine &agrave; craquer. Cependant, beaucoup (trop&nbsp;?) de jeunes (hum, mineurs&hellip;) L&rsquo;ambiance est tr&egrave;s chaude, la soir&eacute;e s&rsquo;annonce excellente et la programation compl&eacute;tement folle.</p> <p style="text-align: justify;">Cette soir&eacute;e se r&eacute;sumerait musicalement parlant, en 3 mots (soyons fou lan&ccedil;ons nous des d&eacute;fis personnels&nbsp;! )&nbsp;: D&eacute;mentiel, jouissif et percutant&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Que ce soit le mix de Christine, ou le set des Bloody Beetroots (Sir Bob Cornelius Rifo a fait de son passage un moment exceptionnel qui n&rsquo;a rien &agrave; envier &agrave; un concert), nos attentes sont plus que combl&eacute;es. Et celles des milliers de personnes pr&eacute;sentes aussi&nbsp;! Le duo <em>Christine</em> a r&eacute;ussi &agrave; chauffer cette immense salle avec des remix de qualit&eacute;. Puis, les bloody sont arriv&eacute;s n&rsquo;ayant plus qu&rsquo;&agrave; embraser la foule d&eacute;j&agrave; en d&eacute;lire avec une entr&eacute;e en mati&egrave;re sur &laquo;&nbsp;Spank&nbsp;&raquo; (morceau extrait du dernier album Hide, sorti en 2013).</p> <p style="text-align: justify;">Joueur avec son public, utilisant son micro pour attraper la foule, et grimpant sur la table de mixage, les Bloody Beetroots ont su offrir des morceaux lourds et transcendants. Et lorsque arrive &laquo;&nbsp;Warp&nbsp;&raquo;, morceau signature du groupe, le showcase prend litt&eacute;ralement feu. Les murs transpirent, le public est emport&eacute; d&rsquo;une &eacute;nergie sauvage que seuls les Bloody savent instaurer. Pour l&rsquo;anecdote, il a os&eacute;&nbsp;: le passage compl&eacute;tement inattendu d&rsquo;un titre de Bruno Mars &laquo;&nbsp;Uptown Funk&nbsp;&raquo; qui fut une v&eacute;ritable surprise et a excit&eacute; toute la salle.</p> <p style="text-align: justify;">Cot&eacute; orga, des vigils plus ou moins attentifs, bien que d&eacute;pass&eacute; par la foule qui se pressait contre la table de mixage. Le staff reste relativement agr&eacute;able (bon, j&rsquo;avoue avoir trouv&eacute; la serveuse du bar peu sympathique). Par contre, la file d&rsquo;attente pour les vestiaires &eacute;tait tout simplement scandaleuse, ce qui est dommage pour un &eacute;tablissement de cette envergure. J&rsquo;y suis rest&eacute; plus longtemps que pour entrer dans la boite, consommer au bar et au hot dog et aller aux toilettes (et pourtant, je suis une fille&hellip;)</p> <p style="text-align: justify;">Niveau &laquo;&nbsp;animation&nbsp;&raquo;&nbsp;: mention sp&eacute;ciale au coin Hot dog, un v&eacute;ritable d&eacute;lice, tellement ing&eacute;nieux pour tous les f&eacute;tards affam&eacute;s de la boite. S&rsquo;il est vrai que j&rsquo;en ai mang&eacute; un, j&rsquo;en connais une qui en a d&eacute;vor&eacute; deux.. sans parler du personnel vraiment adorable.&nbsp;</p> <p style="text-align: justify;">Autre big up : le photomaton. Situ&eacute; dans le hall menant au fumoir, il permet d&rsquo;immortaliser sa soir&eacute;e par quatres clich&eacute;s en noir et blanc pris en rafale (pour 2 euros seulement, moins cher que vos photos d&rsquo;identit&eacute;s&nbsp;!) M&ecirc;me si cela reste un gadget, nous &eacute;tions bien contentes de repartir avec un goodies de la soir&eacute;e.</p> <p style="text-align: justify;">En r&eacute;sum&eacute;, une exellente soir&eacute;e sur le plan musical, les Bloody Beetroots &eacute;taient largement au rendez vous, en confirmant leur place au panth&eacute;on (certes, tr&egrave;s subjectif) des meilleurs groupes &eacute;l&eacute;ctro en live. Sans oublier la d&eacute;couverte coup de c&oelig;ur&nbsp;: Christine&nbsp;!</p> <p>A voir, &agrave; vivre&nbsp;</p> <p><iframe align="middle" frameborder="0" height="350" name="Warp - Bloody Beetroots" scrolling="no" src="https://www.youtube.com/embed/bvGP7tkpmbM" width="750"></iframe></p> <p>&nbsp;</p>